Ceci est un jeu de mots.

mercredi, novembre 29, 2006

Aventures coranesques

Bon, alors... Ce Coran qui trainait dans ma cave et que l'avais plus ou moins abandonné à cause de sa long ass introduction, eh bien je lui ai skippé l'introductace et meme la note. Il devait vouloir la note ce Coran, mais j'l'ai skippée aussi cette emmerdeuse.

Wouah! dis-je.

C'est donc bin violent et arrogant. Déjà j'ai envie de me faire brûler pour la justice, et si j'étais croyant alors là je me sentirais comme une merde au garde-à-vous (c'est-à-dire dotée de droiture, haha) prête à se faire pisser dessus par le caporal parce que mes bottes de merde droite sont mal cirées.

On dirait Bashtien qui lirait un discours (in)po(é)li(y)t(h et/ou n)ique à ses partisans, mouhahah!

P.S. J'aurais jamais cru pouvoir voir tant de possibles jeux de mots dans un seul mot.

4 commentaires:

El Ben a dit...

Une plainte pour le pauvre traducteur qui non seulement a eu l'honneur de traduire le Coran, mais s'est aussi tappé la tâche de le faire: n'aurions-nous pas pu mettre son nom au complet? "Traduction de D. Masson." Ce pauvre bougre ne valait-il pas la peine d'un nom complet?

J'dois avouer que son auteur est même pas nommé en couverture, lui il est vraiment un pauvre bougre!

Septcent a dit...

je dois dire que tu as du cran d'insulter le Coran sur le web (ou est-ce vraiment insulter?), des plans pour que ça parte une polymique comme les cent cinquante mille affaires qui nous passent sans cesse à tévé ces derniers temps. Les maudites polymiques sur tout et n'importe quoi.

Comment va ton sous-sol? :-P

El Ben a dit...

Oh le sous-sol va très bien, un peu frisquet par contre...

Pour ce qui est du oh-si-sacré Coran, je me donne tous les droits de le commenter, l'insulter ou simplement de lui déblatérer des propos, puisque j'en possède une copie et que tant que je viole pas les droits d'auteurs, j'peux en faire s'que j'veux.

Pour ce qui est de la polémique autour des critiques sur les religions, voici la mienne:

Je vois sans cesse ces communautés religieuses qui s'insurgent devant ci et ça qu'on a dit, fait ou dessiné à propos de leur religion/dieu. On ne peut pas représenter Allah, on ne peut dire qu'il n'existe pas, on ne peut traiter les croyants de naĩfs ou simplement d'idiots.

Pourtant, moi, je m'insurge dans mon petit coin. Les croyants insultent mes convictions au centuple. Pourquoi est-ce qu'on ne voit pas de non-croyants, athéistes ou s'qu'on voudra bien les appeler, s'insurger lorsque quelqu'un dit que Dieu existe. Ou lorsque, simplement, ils lisent le Coran et se font menacer:

"Si vous ne le faites pas
- et vous ne le ferez pas -
Craignez le Feu
qui a pour aliment les hommes et les pierres
et qui a été préparé pour les incrédules"

C'est l'enfer... ou un bûcher? ce feu qui m'est préparé? Peu m'importe, on semble m'associer avec du feu et j'aime pas ça. Pourtant, personnes ne pleure dans les rues, personne de fait exploser des choses, personnes ne fait la guerre, personne ne convoquent des assemblées de presse pour les non-croyants.

En définitive, si un croyant peut invoquer son dieu, je réclame le droit de lew critiquer, ou de simplement nier son existence. On peut appeler ça de la libre expression ou du respect mutuel, comme on veut...

Septcent a dit...

bien d'accord, je suis pas plus croyant qu'il faut non plus...et s'il fallait qu'on fasse la guerre à tout le monde parce que ci et ça et qu'on fasse exploser des bâtiments religieux, vraiment, ce serait le chaos. J'avoue que c'est vrai, quand on croit en quelque chose, qu'on est croyant, on a tous les droits et on est écouté sagement; mais si on n'est pas croyant, alors là on est dans la merde. On ne peut rien dire, on se fait museler, on est le mal. Vraiment, c'est ridicule. Critiquer les choses comme elles sont (y compris les religions) devrait être un droit acquis. Voilà.

***

pour ce qui est de ton sous-sol, même s'il est frisquet, j'imagine très bien qu'il a des avantages (en tout cas les sous-sols en ont si je me fis à Comment ma mère accoucha de moi durant sa ménopause). Par exemple: regarder par la fenêtre les jambes superbes des filles qui passent en mini-jupe (bon ok, 1.on est l'hiver et plus personne ne porte de mini-jupe et 2.tu as déjà ta dulcinée). Mais bon, j'imagine que ça peut toujours rentrer tout de même dans les avantages! ;-)