Ceci est un jeu de mots.

mardi, octobre 09, 2007

Évènement de taille

QUELQU'UN D'AUTRE QUE MES PARENTS ME LIT. Ou m'a lu. Ou a lu un post pas rapport sur mon blogue.

Edit: d'ailleurs j'y pense, c'est peut-être même pas une nouvelle lectrice mais une admiratrice secrète sortie du placard. Et d'ailleurs peut-être que si c'est le cas je lui fait peur en l'annonçant à grand coup de post.

C'est ti pas formidable?

Non mais sérieux, tout ça pour dire que peu importe qu'elle me lise, cette nouvelle lectrice; le plus important c'est qu'elle m'a rappelé que j'avais des trucs à écrire. Suffit de regarder un bouchon de bière sur mon bureau pour que j'aie un opinion flamboyante alors pourquoi est-ce que j'écris pas? me demande-je. Parce que, tout simplement. Et c'est pas une assez bonne raison.

Mais, voyez, je suis attendu, virgule, alors je vous surprend tous, milliers d'admirateurs secrets, en changeant l'habitude du tout au tout: au lieu de commencer à écrire en disant que l'inspiration ne vient pas, je n'écrirai pas en vous disant que j'ai plein de choses à dire!

Mouahahah.

1 commentaire:

Érodée... a dit...

J'te dirai pas si je suis nouvelle ou si j'espionne... par contre je peux te dire que si je t'ai rappelé que l'inspiration vient de n'importe quoi (on a tendance à l'oublier, ouioui moi inclusivement), eh bien c'est tant mieux.

Un blog que personne ne lit, c'est nul. On peut bien écrire pour se soulager, parce qu'on a tant de trucs à dire, pour parler à quelqu'un, ou simplement pour rire, ça reste nul si personne ne nous lit.

En espérant combler la solitude qu'on connait dans la vie de tous les jours, on se crée un blog à nous, à notre image, et puis bang, on réalise que la solitude nous colle à la peau, qu'importe où on se trouve.

Oui mais y a toujours la musique, la poésie, les lettres, l'art, n'importe quoi pourvu que j'ai l'impression de pas trop m'ennuyer, mais parfois la claque fait mal quand même.

Tant mieux si j'ai rendu quelqu'un heureux.
En matière de "petits bonheurs", je m'y connais, à force de toujours chercher pour LE bonheur on se rend compte qu'il se trouve à 2 pas de nous, dans les trucs les plus cons qui existent, derrière un comptoir de magasin ou entre les lignes de notre auteur préféré...

bref je m'étale (faut croire que c'est une de mes caractéristiques, je peux pas simplement laisser 3 mots, j'en ai toujours trop à dire)

Sur ce, je t'embrasse.
*Fière d'être une lectrice*