Ceci est un jeu de mots.

vendredi, octobre 03, 2008

La tasse

La pauvre! Je l'ai abandonnée comme un vieux chiffon au métro berri-uqam, sur la machine à recharger les cartes le premier du mois.

Évidemment, c'était un plan foireux. J'étais tout distrait par cette merveilleuse personne qui n'est même pas une des cuties de mon programme. Non. Elle je l'ai rencontrée en éducation physique.

[parenthèse]Or donc elle s'appelle Andrée-Anne. Elle est jolie, smart et très dôle. On se voit quand même assez souvent pour une fille méga occupée et à Sorel la fin de semaine. J'ai des papillons quand je la rencontre quelque part (ça m'fait tout drôle m'apercevoir que j'suis encore capable de nervosité) mais j'aime ça. Elle m'attendait et je n'avais donc pas la tête à ma tasse.[/parenthèse]

Alors j'ai acheté une passe du mois pour la première fois depuis avril dernier, et j'ai oublié ma tasse sur le dessus de cette satanée machine. Je n'ai remarqué son absence qu'arrivé chez moi, en barrant mon vélo, trouvant ça bizarre de ne pas avoir eu à utiliser une quelconque stratégie pour transporter la dite tasse en même temps que j'roulais su cette vieille reggine blanche de course.

Le lendemain, je me levais à 5 heures du matin pour aller à l'école plus tôt, question de rattraper le lab du cours dont je suis parti une heure à l'avance, dans l'espoir de réussir à passer la file d'attente (toujours de deux heures, même après un mois, ai-je constaté) avant 6 heures.

J'étais le même zombie que tout le long de mon DEC en arts, mais passé le tourniquet du métro à berri, une étincelle s'allume... J'ai déjà marché quelques mètres mais elle capte tout de suite mon regard lorsque j'me retourne: elle m'attend toute tranquille, peut-être un peu appeurée, cette pauvre tasse.

C'est le genre de moment qui me fait oublier ces sornettes de vélos volés (c'est drôle à écrire, ça!) et autres probèmes insignifiants du genre!

Aucun commentaire: