Ceci est un jeu de mots.

lundi, novembre 24, 2008

Fatigant

Je ne sais pas pourquoi je n'en ai pas encore parlé.

Je ne l'ai pas encore nommé, appelons-le donc Mononc Dan.

IL M'ÉNARVE.

Sibouère qu'il m'énerve vous ne pouvez pas savoir. C'est un homme fin quarantaine qui comble son insécurité en posant des questions. Évidemment, avoir cinquante ans dans un groupe où la moyenne est d'environ 25, ça ne doit pas être facile, on doit se sentir à part, avoir peur de se faire humilier intellectuellement par une personne qui a la moitié de notre âge.

Solution? J'ai entendu dire que poser des questions donnait l'air intelligent.

Nota bene: l'abus de cette stratégie, si appliquée chaque fois que l'on entend un mot qu'on a déjà entendu en tentant de faire un lien avec ces ouïe-dires, surtout s'il n'ont aucun rapport avec la matière, ne fait pas bonne figure.
Nota bene: t'as un ordinateur avec deux partitions juste à toi que tu peux scrapper autant de fois que tu veux, plus ton osti de laptop à côté de toi en permanence, ça serait-ti pas une bonne idée de filter les questions auxquelles tu peux répondre toi-même avant de les poser!? «Si j'crée un usager déjà créé, ça me donne-tu un message d'erreur?» /usr/sbin/useradd u6; /usr/sbin/useradd u6. Ah bin oui ga don, il veut pas maudit criss de sans-dessin.

Sachez qu'un cours, j'ai noté le moment du début de chaque question et le moment de la fin de chaque réponse. Ce faisant, je me suis rendu compte que c'était trop de travail et j'ai écrit un programme pour chronométrer et compiler ses stats. Cette fois-là, sur 190 minutes de cours, 45 ont été utilisées pour répondre à Mononc.

De plus, ce vieil imbécile se fait un devoir de se retourner avec un air bitch ou un "Benoit, scuse moi j'essaie de suivre" chaque fois que je réponds à la question d'un ou d'une camarade de classe. Veux-tu bin suivre ton osti de cours pi me laisser ne pas l'interrompre en paix? C'est pas comme si j'étais pas dans le coin du fond, ou bien que j'chuchotais pas.

Ceci dit, ne lui donnez pas l'adresse de mon blogue, s'il-vous-plaît.

Aucun commentaire: