Ceci est un jeu de mots.

mardi, juin 24, 2008

J'avais oublié...

de linker (y a-t-il un verbe français pour ça, à part "donner le lien"?) cette petite B.D.:

">

lundi, juin 23, 2008

Gnaaahh!

Postez plus, bande de mécréants, j'ai rien à faire d'autre que de lire vos blogues pi j'ai pas grand chose à dire!

vendredi, juin 20, 2008

Le matin

Voulez-vous bin m'dire de quocé (notez l'effort pour rester correct ici) que j'fais debout depuis une heure? Ça c'est la faute de mes parents qui ont tout bousillé mon horloge en me faisant travailler le matin. Mon corps espère encore être récompensé par deux-trois cafés au lait pour s'être levé tôt.

Mais non! Café filtre avec porto comme seul autre liquide alternatif. On s'entendra que oui, j'aimerais un verre de porto, mais je suis retenu par les souvenirs de Monsieur Labelle qui venait chercher ses quatre grosses wildcat à huit heures le matin au Hulltra. Avec une p'tite poule, siou'plaît. Lui était probablement même trop saoul pour mettre l'accent circonflexe.

Et ça me fait penser. J'ai toujours trouvé que circonflexe devrait s'écrire circonflêxe, ou bien, si on a mon humour, circonflèxe, juste pour bien mélanger les mécréants!

Parlant desquels j'irais bien au dragon rouge, taper sur le plancher d'en haut, me faire traiter en noble-né pi me rendre compte à fin que ça m'coûte 80 piaces, tout ça. Rappelons-nous aussi l'anecdote où... la fille là, serveuse tatouée à Lacordaire, émilie? avait fini au lit avec le cuisinier, haha! Y'a une chimie entre serveuse et cuisinier qui s'étend même en dehors de leur propre restaurant! Good times, good times...

Sur ce, un autre café filtre pas si excellent que ça s'impose.

jeudi, juin 19, 2008

Pour la première fois

Ouais, je suis ici.

Mais j'ai été là-bas! J'ai pris la totomobile de ma mouman et j'y suis allé: le 9 de salaberry, maison de mon enfance! Ils ont coupé notre érable ces salauds!

Sinon, ça avait l'air bien beau, joli même. Quelque chose m'a fait une plus forte impression: j'ai traversé la rue, pour aller dans la cour d'école, où 2 des 4 portes était cadenassées pour une raison obscure. Imaginez donc ma surprise face aux immenses sapins qui avait pris la place des petites choses toutes frêles qu'il y avait là de mon temps.

Toute ma vie, je l'ai passé à trouver que les choses étaient devenues plus petites à mesure que je grandissais, exception faite du jour où j'ai réalisé subitement que mes pieds étaient vachement loin de mes yeux. Voilà maintenant qu'en grandissant, je retrouve un élément de mon enfance possédé par des esprits de grandeur!

Sinon, tout était bien comme j'me rappelais, la photo mentale était tout à fait juste: la maison du grincheux, grise, jaune et rouge, puis deux blanches, ensuite celle de Véronique Dinelle, brune, puis celle des sauvés sur le coin de Bisson. Tout a vraiment absolument pas changé, sauf ma pauvre petite maison du 9 qui s'est fait faire la passe du nouveau propriétaire.

dimanche, juin 15, 2008

Je ne suis pas là, je suis ailleurs

À Hull, en l'occurence, en train de jouer à l'esclave pour mes parents complètement dingues ayant décidé d'acheter cette vieille maison laide et déglinguée pour y rénover un loft en haut, un maison en bas et une boutique encore plus en bas. Aujourd'hui par contre je fais des boîtes... enfin, j'en faisais et j'en ferai, mais vous voyez.

Si quelqu'un, donc, s'en va de l'Outaouais à Montréal cette semaine, faites moi signe, sinon c'est le pouce mardi, moment où je recommencerai à vous entertainer avec mon habituelle allégresse!

dimanche, juin 08, 2008

samedi, juin 07, 2008

vendredi, juin 06, 2008

Attaque à la liberté d’expression : Écosociété est l’objet d’une SLAPP

(source: http://slapp.ecosociete.org/)

Barrick Gold, la plus grosse compagnie aurifère du monde, poursuit Écosociété pour 6 millions $ afin d’écraser et de pousser à la faillite cette maison d’édition à but non lucratif. Elle poursuit de même les auteurs de Noir Canada. Pillage, corruption et criminalité en Afrique Delphine Abadie, Alain Deneault et William Sacher (chercheurs du Collectif Ressources d’Afrique). Barrick leur reproche d’avoir cité et analysé des documents pourtant réputés crédibles et déjà disponibles dans la sphère publique et leur réclame 5 millions $ pour dommages moraux compensatoires, ainsi qu'un million à titre de dommages punitifs. Cela représente 25 fois le chiffre d’affaires annuel d’Écosociété.


Cette poursuite-bâillon, ou SLAPP*, est une lourde menace pour le droit à l’information, pour la liberté d’expression et donc pour la démocratie. Nous refusons de nous faire museler et entendons poursuivre notre travail d’éditeur engagé.


Écosociété demande toutes les formes d’appui possible pour mener ce combat de David contre Goliath.


Pour nous aider, vous pouvez :



L’Afrique s’enlise dans la pauvreté tandis que sociétés minières, pétrolières et autres industries canadiennes s’y enrichissent infiniment. Des documents fouillés provenant de sources d’information internationales fiables et crédibles font état de dévastation environnementale, de pillage systémique, de corruption, de collusion avec des potentats locaux, seigneurs de guerre ou dictateurs…

Noir Canada. Pillage, corruption et criminalité en Afrique est la synthèse et l'analyse de ces travaux. Il porte aussi sur le soutien dont bénéficient parfois ces sociétés de la part du gouvernement canadien. Le débat que ce livre veut rendre public est d'autant plus légitime que les actifs des Canadiens (fonds de retraite, REER, fonds publics) sont souvent indirectement investis dans ces sociétés via la Bourse de Toronto.

*Strategic lawsuit against public participation


Awesome doude!

YouTube - Pork and Beans
 

jeudi, juin 05, 2008

J'avais oublié

Une petite note (haha! l'euphémie, l'euphémie!) de déception concernant la langue française. Point qui m'apparaissait et m'apparaît toujours capital, en ce que l'intégration des cultures et individus à notre société est gênée par la langue, barrière capitale selon moi.

LA LANGUE FRANÇAISE

Il n'y a aucune recommandation formelle dans le rapport puisque la CCPARDC a jugé que ce thème était à la limite de son mandat. Cela dit, les coprésidents ont procédé à une revue de la situation dans leur rapport.

... et l'encadré:

Ce thème a été ajouté au mandat de la CCPARDC à partir du moment où il a été introduit dans les consultations publiques pour être ensuite repris avec insistance jusqu'à la fin.

C'est avec circonspection que les commissaires ont formulé les commentaires qui suivent, sans en faire des recommandations formelles.


1. La gestion de la Loi 101
Les commissaires constatent que la crédibilité de l'Office québécois de la langue française a souffert de ce qui a été perçu comme un problème de transparence. Or, étant donné l'importance exceptionnelle que revêt la langue française au Québec, tous y gagneraient à ce que l'Office soit soustrait à toute possibilité d'ingérence politique ou toute apparence d'ingérence. Avec une hausse budgétaire de 20 %, les commissaires s'attendent à des initiatives plus soutenues de la part de l'Office, notamment du côté de la recherche.

2. Le français au travail
Les commissaires croient utile de relayer une suggestion qui nous a souvent été faite, soit que le gouvernement étende l'application de la loi 101 aux entreprises de 20 à 49 employés (on parle ici d'environ 400 000 travailleurs). Les commissaires demandent ainsi à l'Office québécois de la langue française d'étudier les paramètres d'une telle proposition pour déterminer où se situe le point optimal de rendement quant au fardeau et aux gains.