Ceci est un jeu de mots.

jeudi, juillet 31, 2008

Maudit slacker

Voyez-vous, j'y repense un peu, et j'me dit que 140km tout seul et sans rotation c'est pas mal de chemin, surtout considérant mes genoux de vieillard. J'ai donc réalisé que j'avais un outil pas mal surpuissant pour me trouver un endroit plus proche: google maps, avec son option photos satellite. La plupart sont vieilles de 2 ans, mais tout d'même, ça donne une osti de bonne idée de kossé keskia dans un coin ou dans un autre.

Voilà donc que je me dirige vers un lac sans nom. 400m passé la rue williams, je suis le ruisseau vers le sur-ouest pour environ 1 km, puis je me trouve un petit coin tranquille. On parle quand même d'un itinéraire de 72.6 kilomètres de vélo pour un total de 145.2 pour la fin de semaine. Je n'en tirerai aucune folle fierté, mais j'en sortirai très probablement sans avoir de misère à monter les escaliers la semaine qui suivra...

mercredi, juillet 30, 2008

Fini le niaisage

Je pars.

Faisant fi des déboires de planification et des horaires restrictifs d'amis, je m'en calisse en camping, quelque part, cette semaine. Probablement de vendredi ou samedi au début de la semaine qui suit. Quatre ou cinq jours devraient suffire à étancher ma soif d'air avec lequel j'peux pas faire de boule.

Appel aux intressé(e)s, donc: camping quelqu'un? J'envisage le parc Tremblant. Comme je suis seul pour l'instant, le plan est de s'y rendre à vélo la première journée, pour un total d'environ 140km de vélo, possiblement un p'tit peu de offroad suivant la fin du chemin, dépendemment du terrain, sinon le parc commence à environ 10km de la route la plus proche. Le chemin à vélo devrait prendre 7 heures, plus les pauses. Ensuite: impro jusqu'à endroit qui convient. Ce serait évidemment bien d'avoir un deuxième sac à dos!

Si un volontaire sympathique et motorisé survient, je serai possiblement prêt à changer mon pas-de-plan pour quelque chose d'un peu moins intense!

Objectif de ce soir: trouver une tente. Plus de nouvelles demain.

lundi, juillet 28, 2008

Ticked off

Par deux choses: les gens stupides, et les médias qui prennent la peine de rapporter leurs propos.

Dans l'article en question, on peut lire des commentaires comme:

Otherwise the day will come when everybody will stand up against the foreigners in a holy war — a jihad."
-Mr. Mohammed (ha-ha)

Dans mon temps, c'était un gouvernement qui décidait qu'on partait en guerre, pas un shopkeeper qui passe à l'hôpital pour voir son fils pi qui voit des enfants morts.

Ou bien, sans nommer ni citer: "Another hospital visitor said that if he were the children's father, he would personally strap on a suicide vest and exact vengeance on Canadian troops."

Arhweyons donc! C'est si facile de rendre un peuple démoniaque en citant les cons, et d'un autre côté, c'est le genre de cons dont les soldats ont peur, dont on a pas le choix d'admettre l'existence si on les mentionne comme ça...

Le fond de l'histoire, c'est qu'un gars a approché un convoi militaire pi qu'il a pas écouté les avertissements, qu'est-ce qu'il pensait qu'il allait arriver?


Moi j'aimerais qu'on me rappelle la situation qui fait qu'on a besoin d'être en Afghanistan. Avec tout ce qui se passe dans l'est, j'en vient à confondre les endroits et j'suis pas mal certain que j'suis pas le seul à être perdu. Tout ce dont j'peux être certain c'est qu'il y a des escarmouches ici et là, mais ni, des médias ni du gouvernement est-ce que j'entend dire quelle est la situation, la progression ou bien qu'est-ce qui reste à faire.


Un autre commentaire con pour finir en beauté:

"They're not killing civilians in Kabul. Why is that?" Abdul Karim asked rhetorically. "They don't kill them in Kabul because there is peace there. Here, they are scared."

Et bin! Là où c'est paisible, on a moins peur que là où on se fait tuer une fois de temps en temps... Jamais j'aurais cru!

La liste

J'ai réglé deux oublis impardonnables sur ma petite playlist du côté.

The Decemberists - the engine driver
et
Dream Theater - Vacant -- qui se trouve sur l'album "Train of thought" juste avant "Stream of consciousness", l'une ne devrait jamais s'écouter sans l'autre!

Le chômage

Alors j'suis allé à mon rendez-vous chez emploi concernant ma demande de référence pour mon programme d'études, informatique. Je m'attendais à une bullshit de test de personnalité ou bien des questions complexes, avoir à fournir une tonne d'informations sur le pourquoi et le comment l'informatique est le bon choix de carrière.

J'avais condensé quelques notes prises sur le net en une page recto-verso pour avoir plusieurs points sur lesquels déblatérer longuement.

Inutile. J'ai même pas eu à virer ma page de bord.

Je suis impressionné. Cette petite fonctionnaire qui m'avait déjà rencontré a simplement usé de bon sens; parlé un peu des jobs qui m'intéresseraient, vérifié si oui ou non je savais dans quoi je m'embarquais et a jugé que j'avais le bon profil et l'air sûr de moi.

Non seulement je garde mes prestations régulières jusqu'à leur fin prévue, mais elles continuent ensuite jusqu'à la fin du programme intensif, à un taux quelques peu réduit. Pas assez, semble-t-il: on me paie aussi les manuels obligatoires et les frais d'inscription. Je suis agréablement surpris, tout simplement...

Ce sera la premièrefois à ce jour que les libellés "Les p'tits bonheurs" et "Gouvernement" seront associés ici bas.

mercredi, juillet 23, 2008

Quotes

Y a-t-il un moyen, qu'un des mes admirateurs connaîtrait, pour que le tag html < blockquote > mette des petites images de guillemets genre... dans le template, ou faudrait-il que je les insère manuellement?

Sucrez bien!

J'avais une petite pensée concernant l'aspartame, en voyant l'annonce de Splenda qui nous propose une recette de ces bonnes vieilles ribs cuites dans une sauce à l'orange et au splenda. J'ai donc décidé de m'en venir de ce pas citer wikipédia pour faire mon boute de propagande:

Déjà, en 1980, G. D. Searle & Company, inventeur du produit, soumettait à la FDA une expérience de toxicologie sur 196 animaux soumis à l'aspartame qui concluait à la mort de 96 d'entre eux de tumeur cérébrale.

L'aspartame en phase liquide, à partir de 30°C et après avoir perdu sa partie estérifiée sous forme de méthanol, se recombine en dicétopipérazine (acide 2-(5-benzyl-3,6-dioxopipérazin-2-yl)acétique)[1]. En phase solide, cette modification peut avoir lieu à partir de 105°C. C'est la raison pour laquelle il est déconseillé de « cuisiner » l'aspartame. Cette mention est portée sur tous les emballages.

lundi, juillet 21, 2008

Ah oui!

Ouin! Ça sentait la poubelle, mais grave! Je m'en allais voir batman au centre-ville en vélo, et sur Ontario, entre Davidson et Florian, environ, j'ai dû me faire violence pour ne pas vomir à bout portant, à chaque inspiration. J'aimerais bien savoir d'où ça venait et foutre mon poing sur la gueule du responsable.

Avis à tous les maires d'arrondissement qui lisent mon blogue et veulent l'anonymat: un règlement à propos des entreprises qui font vomir les gens ça s'fait tu?

Pour Batman: Sibouère. Ça se peut tu, calisse, de faire des films bons de même? Sacrament de criss. J'suis encore incapable de trouver quelque chose pas à mon goût. Deux heures et demie, du bon acting de tout le monde, un acteur mort au tournage, plusieurs storylines, des scènes d'action écoeurantes, des gadgets cools, une moto avec des pneus de F1, des revirements, des dilemmes moraux, de la haine, de l'amour et de la jalousie.

Record historique de ventes le premier jour au cinéma, 3e film au monde sur imdb.com, le film a fait un tabac. En tout ça reste glauque et miteux, notre bon vieux Bruce est encore un homme cyniquement riche, mais cette fois-ci on entre dans une guerre plus personnelle et donc plus passionnée, moins du type "sauver le monde".

Je recommande à tous, fans ou pas. D'ailleurs, écoutez Batman Begins, avant, fans ou pas.

vendredi, juillet 18, 2008

mercredi, juillet 16, 2008

L'expérience

Aujourd'hui, j'en suis arrivé à un nouveau stade dans ma carrière de guitariste: mon deuxième set de cordes, qu'il faut j'aille acheter de ce pas. J'en suis donc à deux pics perdus et une corde petée, et je compte garder ce compte à jour.

En plus c'est même pas à cause d'une quelconque maladresse de ma part, elle était simplement due, cette pauvre: elle n'en pouvait plus. Tranquillement couchée sur le lit, elle a rendue l'âme dans un Fa retentissant... "Poing!"

mardi, juillet 15, 2008

Dans sa cour...

Vous savez, à côté des condos où j'habite, y'a un gros bloc d'appartements avec tout plein tout plein de vieux qui se la coulent douce sur les balançoites au milieu de l'immense terrain rempli d'herbes et d'arbres.

Alors aujourd'hui, marchant paisiblement vers le marché, je l'aperçois: cette pauvre vieille dame qui vous fend le coeur, vieille et rabougrie. Elle gesticule d'impuissance devant une grosse (vraiment grosse en fait, une partie de l'arbre plutôt) branche, tombée sur le trottoir.

Moi, marchant toujours, j'arrive sur place alors que la vieille, tannée de gesticuler haineusement contre la branche, s'en retourne vers les balançoires. Charitable, comme toujours, je me propose de tasser ce maudit bloqueur de chemin. J'y met un peu d'effort et la branche bascule par-dessus la petite cloture de fer de 2 pieds de haut bordant le trottoir. C'est alors que retentit une voix: "HEY!". Je finis mon mouvement et vois la vieille dame rabougrie qui court vers moi.

Elle ne dit rien. Elle gesticule, avec véhémence. Son visage, déjà rabougri, et tordu de ce qui me semble être du mépris et de la haine. "Bonjour, qu'est-ce qu'il y a? Ça vous dérange cette branche sur le terrain?" Elle gesticule, puis s'empare du tronc pour remettre la branche sur le trottoir. Elle en est incapable, bien sur. Quelqu'un des balançoire est en train d'applaudir... Deux ou trois personnes en fait.

Je ne comprends rien, cette femme m'haĩt de tout son regard pour l'avoir aidé à tasser ça du chemin. "Ça vous porte vraiment préjudice madame? Pas de problème ma chère, je le remet sur le trottoir arrêtez ça."

La scène m'a perturbé. La vieille qui ne parle pas, haineuse. Les gens qui applaudissent. Les vieux qui préfèrent les branches sur le trottoir plutôt que sur la pelouse. Je ne comprend pas.

En revenant du marché, la branche était de retour sur la pelouse. Je souris de mépris à tous ces gens sur leurs balançoires. Une personne applaudis. Une autre m'envoie la main.

Y a des jours où je comprends pas...

lundi, juillet 14, 2008

Back in business

Vingt-sept jours avant le retour aux études version sadique. J'appréhensionne. Le choc va être terrible. Le p'tit Ben qui fait rien depuis des mois va être soumis à 8 heures de cours par jour 5 jours semaine, dans le cadre d'un DEC dont la durée est coupée de moitié.

Ça va être drôle...

Rendez-vous dans 10 jours pour "vendre ma salade" au chômage.

Sale blogue auto-biographique...

jeudi, juillet 10, 2008

La suite

Le vote est . Passages qui m'intéressent:

Vote Result: Bill Passed


Not Voting - 3
Clinton (D-NY)
Graham (R-SC)
Obama (D-IL)



Oh, et un article à propos de la position d'Obama, le candidat si différent...

mercredi, juillet 09, 2008

Something smells funny

Oui, ça sent drôle. Sur digg, si vous voulez savoir. Ça pue la censure et ça m'attriste un peu, moi qui m'était enregistré récemment pour vous partager mes découvertes.

Dans l'ordre: http://digg.com/world_news/WTF_digg_8?OTC-ig

Un article dénonçant un article qui aurait du être sur le "frontpage" mais n'y était que sur la version bêta.

http://digg.com/political_opinion/The_Constitution_Dies_Tomorrow

L'article en question, à propos d'une nouvelle bizarrerie polique aux États qui permettrait l'écoute sans mandat.

Cet article, avec 7213 "diggs", est maintenant tout au haut de la page principale de digg, mais...

http://www.theseminal.com/2008/07/08/the-constitution-dies-tomorrow/

L'endroit où il nous envoie est, bien entendu, hors d'usage.

http://digg.com/people/An_Open_Letter_to_Kevin_Rose_Digg_is_Broken


Une lettre ouverte a aussi été écrite à l'endroit de Kevin Rose, le manager de digg, mais elle est tout aussi aimablement indisposée.

La réponse de notre ami Kevin me semble obscurantiste dans le sens où elle ne spécifie aucun chiffre et s'appuie sur un principe qu'il nous est impossible de vérifier...

mardi, juillet 08, 2008

De l'espoir pour mes vieux jours

'Savez, on m'a toujours demandé de quoi j'avais peur, et la réponse a toujours été, après une courte réflexion, "de rien". En y pensant plus longtemps, je me rend compte que c'est pas tout à fait vrai.

Dans l'immédiat, non, rien ne me fait peur. Ni les hauteurs, ni les malfrats, les araignées, les animaux, insectes, etc.. Mais il y a une chose, plus subtile un peu, qui m'horrifie: la sénilité. D'autant plus que ma grand-mère souffre d'alzheimer. Voilà la seule chose au monde qui m'effraie vraiment: perdre le contrôle de mon esprit ou mes facultés.

Mais voilà qui est vaguement soulageant! Un article dans Biotechnology Letters qui traite d'une piste d'étude pour l'alzheimer. Résumons:

On s'entend tous pour croire que l'alzheimer est causée par une protéine toxique, les "beta-amyloid", en anglais. Cette protéine s'accumulerait au cerveau et tuerais nos précieuses cellules. L'approche que ces chercheurs tentent est de créer des anti-corps qui s'attaqueraient à la dite protéine. Un premier problème se fait alors sentir: la protéine tuant les cellules animales, le vaccin, de ce que j'en saisis, s'auto-détruit. On utilise donc la tomate, génétiquement modifiée pour produire la protéine sans mourir par le fait même, étant faite de cellules végétales.

Franchement c'est pas mal fou ce qu'on peut faire de nos jours...

vendredi, juillet 04, 2008

"En veux-tu un qui marche?"

Ça y est. Oui oui, c'est faite! J'me suis débarassé de ma vieille réggine de vélo pour en acheter non pas un mais deux nouveaux! J'explique:

J'suis allé l'autre jour à Longueuil acheter une nouvelle vieille réggine de récupération à 45$, mais version de course, au lieu d'être une vieille réggine de montagne qui pèse 80 livres de trop.

Ceci étant fait, j'ramène mon cul à montréal avec les deux réggines. Trois minutes plus tard, la réggine de montagne est vendu à notre ami commun le bas brun, pour le montant effarant de 40 dollars canadiens.

Bon jusque là tout est normal. Sauf que... J'm'en allais au St-Sulpice voir un peu d'impro au 58e étage quand ma chaîne débarque et bloque. Moi qui venait de "tuner" ce vieux dérailleur graisseux, j'étais un peu frustré.

Voilà donc qu'un itinérant arrive sur un vélo beaucoup trop cher pour un itinérant et me lance d'un air décontracté: "En veux-tu un qui marche?". Évidemment, moi, homme droit, réalisant qu'il s'agit évidemment d'un vélo volé (haha, vélo volé, c'est donc bin drôle ça!), je réponds: "Nah, merci quand même!" Et lui d'insister: "40 piaces, enwaye donc!" Là vous comprenez, mon esprit roule pas mal vite, vélo volé, 40 piaces, doit bin en valoir, à vue de nez... 400, mais ça peut pas être si beau, il doit y avoir une crosse quelque part. Non, le vélo, à vue de nez toujours, est en bon état, le mec est seul et va pas se casser avec mon porte-feuille dès qu'il sera sorti de mes poches, tout en cassant une ou deux dents au passage (il n'avait pas le gabarit pour ça, de toute évidence)... Le pire qui pourrait arriver serait qu'il me suive, voyant que mon cadenas en est un de merde et vole les deux vélos.

J'ai acheté le vélo, vendu un p'tit bout de mon âme, puis jai enfourché un des deux en traînant l'autre à côté. Personne ne m'a suivi, personne de m'a cassé la gueule. J'ai même failli vendre le vieux pas beau de course à un passant qui me demandait si j'en avait un des deux à vendre. L'enfouaré n'avait que 15 dollars sur lui, pfft!

Or donc, je ne sais plus lequel garder et lequel vendre. Pour les geeks, c'est comme trouver un BOE epic et se demander si on l'utilise ou on le vend 1800g. Je crois que je vais céder et utiliser le plus beau des deux, peut-être lui changer le guidon et revendre la réggine de course dont le changement de vitesses est un art... On verra!

mardi, juillet 01, 2008

Boooring!

Coudonc, c'est moi ou bin la scène publique et politique est pas mal plate ces temps-ci? J'me suis assis 2 ou 3 fois dans la semaine en m'disant "bah, on va bin trouver qqchose de l'fun à dire" mais non, rien. Du tout.

"Le meilleur des mondes" de Aldous Huxley. Un livre à lire, qui n'est pas sans rappeler 1984 de notre bon vieil ami Orwell, mais dont l'approche est toute autre. L'auteur nous amène à réfléchir à la définition du bonheur et du bonheur en société. À savoir, le bonheur est-il bonheur s'il n'est pas accompagné d'adversité? Peut-il exister un bonheur complet, sans mauvaises passes, et ce bonheur constant mais infini vaudrait-il les sacrifices pour y arriver? À lire, donc, dis-je.

J'héberge une amie pour une semaine et j'ai un nouveau vélo!