Ceci est un jeu de mots.

mardi, octobre 21, 2008

J'ai voulu écrire

... l'autre jour. Après une minute ou deux, j'ai réalisé que ce que j'essayais de faire, c'est ré-écrire un poème qui existe déjà et que j'ai lu jadis. Il se trouve ici. Si il s'appelait pas "Manuel" aussi ça serait beaucoup plus efficace!

En avance

Il est trop tôt pour s'emporter, mais Murphy aura peut-être eu tort en ce qui a trait aux élections américaines. Notre ami l'affreux terrorisse, noir et ami des méchants semble être en avance sur son compétiteur la marionnette alzheimer et son cochon.

Moi, j'ai bien hâte de voir ce qui va en sortir de cet Obama. Évidemment, c'est un politicien, alors la barre est basse mais secrètement je rêve de le voir l'enjamber facilement puis continuer son p'tit bonhomme de chemin...

lundi, octobre 20, 2008

Bon vieux McFerrin

Aint got no cash, aint got no style
But I got a gal to make me smile
Don't worry.. Be happy!


(c'était même pas vrai)

dimanche, octobre 05, 2008

Élections

Aujourd'hui, je réalise à quel point ce que j'ai toujours dit est vrai. Je parle de vote par circonscription versus représentation proportionnelle.

Aux dernières élections provinciales, j'étais furieux (je le suis toujours) contre tous ces mous qui attendent que le reste du québec vote pour le parti qui représente le mieux leur mode de penser avant d'eux-mêmes voter pour lui. Combien de fois ai-je entendu quelqu'un dire qu'il aimerait voter pour le parti vert ou québec solidaire, mais qu'il avait l'impression de gaspiller un vote.

Peut-être est-ce naĩf, mais la façon que j'ai de penser est d'assumer que tout le monde est du même avis (le meilleur, selon moi évidemment) que moi, jusqu'à preuve du contraire. C'est dire: "Je crois pour de bonnes raison que ce choix est le meilleur, et que donc puisque j'ai la conviction qu'il est le meilleur pour mon pays et ses habitants, j'ai la conviction qu'il est le meilleur pour tout le monde et que donc tout le monde sera du même avis."

Évidemment, au Québec, la représentation proportionnelle c'est une manière pour un petit parti à l'avenir prometteur de mettre le pied dans la porte. Avec les géants bien établis, l'approche par circonscription ralentit l'accès au pouvoir des partis les plus représentatifs de la pensée des citoyens au profit du vote stratégique.

C'était au provincial. Le fédéral, c'est différent: il n'y a aucun choix idéal, aucun petit parti à l'avenir probant. Or donc, ne pouvant voter avec mon coeur, je suis demandé comment mon vote pouvait faire une différence.

J'ai écouté des débats, lu des plateformes, puis je suis tombé sur des résultats de sondages. La réponse était alors claire: d'aucune manière, what-so-ever.

Pour Hochelaga, en date du 2 octobre:

Bloc Québécois: 24666
Libéral: 6738
NPD: 6287
Conservateur: 4404
Vert: 3704
Autre: 159

Conclusion: mon vote ne vaut rien. Le résultat sera le même peu importe mon choix, et ne changera qu'au cours de variations de mandat en mandat sur des années et des années. Pire encore: les votes de 21292 personnes sur 45958, 46.33% de la population, n'aura aucune influence sur les résultats des élections, sur le choix des gens qui dirigeront le pays.

Honnêtement, du moment que Luc Labbé du conservateur ne rentre pas, mon souhait aura été exaucé. Pourtant c'est dégueulasse de donner raison à une majorité et de jeter l'avis du reste aux poubelles.

Au moins j'ai la chance de faire partie d'une circonscription où je pourrai voter néorhino. J'échaffaude aussi des idées de m'y présenter aux prochaines élections. Tout dépendra du timing avec mes autres projets de brûler toutes mes possessions sauf mon sac à dos et de partir pour quelques mois...

vendredi, octobre 03, 2008

La tasse

La pauvre! Je l'ai abandonnée comme un vieux chiffon au métro berri-uqam, sur la machine à recharger les cartes le premier du mois.

Évidemment, c'était un plan foireux. J'étais tout distrait par cette merveilleuse personne qui n'est même pas une des cuties de mon programme. Non. Elle je l'ai rencontrée en éducation physique.

[parenthèse]Or donc elle s'appelle Andrée-Anne. Elle est jolie, smart et très dôle. On se voit quand même assez souvent pour une fille méga occupée et à Sorel la fin de semaine. J'ai des papillons quand je la rencontre quelque part (ça m'fait tout drôle m'apercevoir que j'suis encore capable de nervosité) mais j'aime ça. Elle m'attendait et je n'avais donc pas la tête à ma tasse.[/parenthèse]

Alors j'ai acheté une passe du mois pour la première fois depuis avril dernier, et j'ai oublié ma tasse sur le dessus de cette satanée machine. Je n'ai remarqué son absence qu'arrivé chez moi, en barrant mon vélo, trouvant ça bizarre de ne pas avoir eu à utiliser une quelconque stratégie pour transporter la dite tasse en même temps que j'roulais su cette vieille reggine blanche de course.

Le lendemain, je me levais à 5 heures du matin pour aller à l'école plus tôt, question de rattraper le lab du cours dont je suis parti une heure à l'avance, dans l'espoir de réussir à passer la file d'attente (toujours de deux heures, même après un mois, ai-je constaté) avant 6 heures.

J'étais le même zombie que tout le long de mon DEC en arts, mais passé le tourniquet du métro à berri, une étincelle s'allume... J'ai déjà marché quelques mètres mais elle capte tout de suite mon regard lorsque j'me retourne: elle m'attend toute tranquille, peut-être un peu appeurée, cette pauvre tasse.

C'est le genre de moment qui me fait oublier ces sornettes de vélos volés (c'est drôle à écrire, ça!) et autres probèmes insignifiants du genre!