Ceci est un jeu de mots.

samedi, mai 16, 2009

Discréditons en choeur

Juste une petite note pour jeter la honte aux pieds du Centre de Documentation sur l'Éducation des Adultes et la Condition des Femmes (CDEAF) qui met un petit lien vers les commentaires au bas de la page seulement que pour laisser les gens qui n'ont rien de nouveau à apporter crier leurs bravos et leurs hourras.

Voilà donc mon commentaire, de mémoire et sans tout le respect qui avait été employé à l'origine (il était très respectueux, dans un ton aimable, même, je vous le jure!).

On dit dans le texte que "l’État est le principal employeur des femmes au Québec". Ensuite on utilise l'affirmation pour construire: "pourquoi ajouter une couche de discrimination de plus envers des femmes déjà marginalisées?".

Osti de connes. Vous venez de dire que dans l'État, les femmes sont en excellente position (rappelons les programmes d'accès à l'équité à l'emploi, selon lesquels les femmes ont priorité, ainsi que les membres de communautés ethniques, au niveau de l'embauche).

Un peu avant, on dit: "Interdire à certaines personnes de contribuer à la société est un acte discriminatoire, indigne d’une société qui se veut ancrée dans la justice sociale". N'est-ce pas un peu hypocrite? Si vous considérez que votre seul apport à la société est le port de vos symboles religieux, vous pouvez bin retourner chez vous. Dans le cas contraire, comme le stipulent toutes les politiques d'inéquité en votre faveur, on veut bin de votre aide, si vous voulez bin nous la donner...

Aucun commentaire: