Ceci est un jeu de mots.

vendredi, juin 19, 2009

Du même auteur

Souveraineté: tous derrière le Plan Marois
Qui est chef au PQ? demande Charest

Deux articles de Michel Corbeil (le soleil[remarquez, il a au moins mis son nom derrière ses articles]) me sautent au visage disant d'un côté «plus un son discordant sortant des rangs de partisans» et de l'autre «Jean Charest a soutenu que, dans les rangs du PQ, «c'est la pagaille»».

L'un dans l'autre, j'accuserai personne mais y'a quelqu'un qui dit de la bullshit, c'est clair...

Par ailleurs, j'aimerais taper sur les doigts de monsieur le frisé pendant que je l'ai sous la main:

«Ils ne s'entendent pas entre eux sur la façon de gérer le déficit», a-t-il laissé tomber. «Qui mène au PQ?» a-t-il ajouté


Crétin. Toi, tu choisis tes députés en fonction qu'ils soient assez mous pour garantir qu'il auront jamais l'audace de pas être d'accords pi de discuter? J'comprends que dans ta tête, les députés ça puisse juste servir à bypasser l'achalant système de démocratie qui t'empêche de régner; mais à l'origine ça sert à pas être d'accord, à discuter, apporter des points de vues différents pi empêcher que tout le pouvoir se retrouve dans les mains d'un seul imbécile. Comme dit le vieux dicton, cent vingt-cinq crétins valent mieux qu'un seul... Quelque chose comme ça en tout cas!

Aucun commentaire: