Ceci est un jeu de mots.

mercredi, juillet 01, 2009

La seule chose qu'il mine c'est mon moral

Dernièrement, j'ai chiâlé brièvement à propos des redevances optionnelles des compagnies minières, mais je réalise que j'aurais dû m'y attarder plus longuement.

Notre ami Charest nous a sorti un beau document plein de belles images et de couleurs qu'il a intitulé «Stratégie Minérale du Québec». Je vous gâche le punch: à peine si on peut y trouver un pourcentage hors contexte. Vous n'y trouverez aucun chiffres pertinents, pas plus que vous n'y trouverez d'intentions clairement nommées. L'extrait le plus pertinent en matière de redevances va comme suit:

«Le secteur minéral s’est transformé au cours des dernières années et le régime de redevances minières doit être adapté à cette nouvelle réalité. Par exemple, les prix des métaux ont connu une croissance importante depuis 2002 ; toutefois, ces prix ont connu une chute majeure en 2007 et 2008. Il apparaît opportun de s’assurer que le régime québécois de redevances minières est mieux adapté au caractère cyclique de ce secteur.

Il convient également d’examiner le régime de redevances minières afin d’assurer au Québec une juste part des bénéfices provenant de l’exploitation de ses ressources naturelles non renouvelables. Face à une valeur de production minière de plusieurs milliards de dollars, les Québécois sont en droit de se demander combien ils devraient recevoir en redevances afin de tirer une juste part de la ressource dont ils sont propriétaires.»


Alors on veut s'assurer que le régime est mieux adapté, étant donné qu'il y a eu hausses et baisses du prix du minerai.
Aussi, on veut examiner le régime (?) et on est en droit de savoir combien on va en tirer (mais vous nous le direz pas).

Ceci est l'aboutissement de tout un processus de consultation populaire et de plusieurs recommandations du vérificateur général du Québec, Renaud Lachance, qui lui semblait simplement dire: faut hausser les redevances (qui sont à 12% actuellement, malgré qu'elles soient pas payées du tout) et s'assurer que les compagnies minières soient responsables de la restauration des sites d'exploitation (en opposition aux plus de 300 sites à être restaurés sur le bras du garnement à même la poche des ses parents [nous]).

Aucun commentaire: