Ceci est un jeu de mots.

mardi, juillet 07, 2009

Une photo vaut mille mots


Ça me perturbe un peu, même si j'suis conscient que ça vient probablement du quartier chinois... Anglais, mandarin (je suppose), point. Allez visiter le lien sur la photo, d'ailleurs, ça vaut la peine de se poser une ou deux question par rapport à ce qui arrive au carré de sable qu'est notre bien-aimé Québec. Les gamins des quartiers voisins viennent de plus en plus souvent se construire un fort et nous pitcher de la bouette!

Évidemment, personne n'a à porter attention. Parce que de toute évidence, quelqu'un qui chiâle contre d'autres langues, les immigrants ou un problème relié, c'est un xénophobe fini, peut-être même un raciste.

Et là, y vient d'y avoir un déclic dans ma tête. Le Québec, c'est comme le Coran, ces temps-ci. Souvenez-vous, je parlait de ma lecture il n'y a pas si longtemps.

Or donc, au Québec, comme dans le Coran, des efforts considérables sont fait pour inciter le citadin moyen à avoir peur et honte de leurs pensées. La fameuse commission Bouchard-Taylor est la plus évidente de toutes ces démonstrations, mais beaucoup, dans le discours des politiciens - que ce soit conscient ou pas - et aussi dans le discours des militants aux trop grands coeurs, prêts à remuer ciel et terre pour que nos amis de partout dans le monde se sentent bien chez nous, peu importe ce qu'il nous en coûte à nous.

Dans le Coran, on promet l'enfer à toute personne qui ose avoir la moindre petite pensée incrédule. Au Québec, on est plus doux. On promet simplement l'étiquette de méchant raciste à toute personne qui ose avoir une pensée négative, offensante, ou soutenir une forme de désaccord envers un individu ou une communauté venant d'ailleurs. Comme dans un roman de science-fiction, le québécois moyen s'auto-restreint dans sa réflexion de peur de paraître raciste. Comme pour les programmes d'équité à l'emploi, on fait du racisme positif - concept nouveau et totalement insensé - en ce que, pour être bien certain que personne est blessé, on ne peut parler d'un problème relié à des différences culturelles. Les seules différences dont on est autorisé à parler, ce sont les richesses culturelles, les avantages, beautés et qualités de certaines cultures. Toute référence négative associée à une culture: racisme.

Pouvez-vous imaginer un contexte plus idéal pour assimiler un peuple? Une terre où les habitants accueillent à bras ouvert tout étranger s'empêche elle-même de critiquer ou d'imposer la moindre règle ou coutume, de peur d'offenser.

Aucun commentaire: