Ceci est un jeu de mots.

vendredi, février 27, 2009

samedi, février 21, 2009

Sans-fil

Voulez-vous bin m'dire pourquoi le réseau sans fils de 4 de mes voisins est mille fois plus fort que le mien?

Pi à part de t'ça, c'est quand c'est que ça que tout le monde a appris à mettre des mots de passes sur leurs affaires?

Edit: pfouaaah! "amour", ça tu bin pas de bon sens hahaha

jeudi, février 19, 2009

Le chat

Outre manger mes écouteurs et ceux qui les ont remplacés, mon chat a quelque chose de bien particulier: c'est une sale pissette. Elle a peur de tout, nerveuse comme vingt. Sur le balcon, le bruit d'une auto ou d'une personne qui marche peut l'affoler.

Pourtant, hier, l'histoire d'une dizaine de minutes, virgule, elle a tout oublié: son adversaire était la neige et rien d'autre n'avait sa place dans son attention.

C'est fou comment il est possible de vivre des choses spéciales à travers un animal! Leur rythme et leur façon d'être peuvent être tellement différentes des autres mais, si on les laisse obnubiler notre conscience, il nous est possible de vivre un petit morceau de leur vie...



J'étais sur le balcon, à couvert, et il neigeait doucement. La neige commençait à en recouvrir le tour dans un dégradé bien fin. Avant le printemps passé, elle ne sortait même pas et elle n'était pas sortie de l'hiver: ce devait être sa première vraie expérience avec la neige.

Georges venait de s'affoler à cause d'une automobile de passage, et faisait tout son possible pour me signifier qu'elle voulait rentrer; elle n'avait pas encore osé s'approcher de l'étrange auréole blanche. Plutôt que d'abdiquer, je la rassurai puis fit la statue jusqu'à ce qu'elle oubliât ma main sur son dos. Elle finit par m'oublier et alla se rouler sur la brique nue. C'est alors qu'elle prit conscience de sa proximité de cette entité inconnue: elle se levât d'un bond et prit un peu de recul.

La neige ne semblait pas animée, mais Georges prit tout de même une bonne minute pour l'observer à distance, puis faire un pas et laisser couler une trentaine de secondes - jusqu'à y être vraiment. Ensuite venait le moment de prendre contact: lever la patte, attendre quelques secondes, l'abaisser. Remonter! Remonter vivement et épier une réaction qui ne vint jamais, puis l'abaisser complètement. Brûlure! Remonter... Ce n'est pas brûlé, ça ne fait pas mal, mais c'était plutôt désagréable... Elle revint vers la porte mais ne s'y arrêta pas, tentée par la curiosité d'y retourner. Même scénario, une, deux fois, plus rapidement, puis encore, mais avec le nez: plus personnel, plus engageant, mais la patte lui avait déjà fourni suffisamment d'information: la mort n'était pas au rendez-vous.

J'étais toujours immobile, de peur de gâcher la concentration et par envie de vivre le moment, mais c'était bientôt fini: elle fit un pas franc, puis un autre, et en eût assez, laissant deux petites traces sur mon balcon.

vendredi, février 13, 2009

Nothing personnal, it's just revenge

Hey! J'ai eu une grosse surprise cette semaine. J'me suis dégoté la mini-série Afro Samurai un espèce de dessin animé style japonais mais comme pas, en même temps. Ensuite, faut dire que c'est à propos d'un samurai black dont la voix est Samuel Jackson. La destinée d'un projet du type est la mort, l'agonie et la défaite, assurément.

Pas du tout. Violence gratuite, conflits moraux, hip hop bien utilisé et dessins originaux sont ce que s't'affaire là contient, rien d'autre. Très rafraîchissant, dis-je.

Tout dans tout (haha), j'ai passé un bon deux heures sans la moindre trace d'ennui en regardant cette belle petite série.

La suite, elle(Afro Samurai, Resurrection[un film d'animation]), sent un peu le vieux. Dans mon livre à moi, on s'y attendait: ce qui nous aura frappé dans la série, c'est le style bien nouveau. Maintenant on aura beau remettre tous les éléments gagnants de la série dans un film - ce qu'on a fait, d'ailleurs - il aura inévitablement perdu beaucoup de son effet surprise. Beaucoup d'action, les mêmes dessins et les phrases-clés de Sam y sont toujours.

Je dirais que ce n'était pas une perte de temps, sans tout de même m'avoir fait perdre mes sandales à la manière de la série!

jeudi, février 12, 2009

Encore un oubli

C'était il y a presque un mois déjà, mais c'est encore comme si c'était hier. Il est quatre heures du matin, le ciel est encore bien noir. C'est l'hiver par contre, alors il est plutôt orange et il fait aussi clair que par une journée d'orage.

Je longe Pierre-de-Coubertin, mes pas qui s'écrasent dans la neige en scrounchs réguliers. La détermination au ventre et la folie dans la tête, je ferme les yeux puis j'enligne 156 pas sans une seule fois obéir à l'impératif d'y faire une craque!

Cent cinquante-six, vous rendez-vous compte? Ceux qui l'ont déjà essayé doivent déjà être en train de faire des «Allah-Allah» admiratifs devant leur écran, et les autres, essayez! Ça a l'air con et dangereux comme ça, mais c'est un petit jeu qui fait fondre les minutes de marche comme un Mr. Freeze bleu en juillet. Prenez-vous un objectif: 20, 30 ou 40 pas, disons. Fermez vos yeux, et tentez d'atteindre votre objectif sans tricher.

mardi, février 03, 2009

Les annonces qui m'écoeurent

Appelez-moi simple d'esprit, mais je n'arrive pas à comprendre pourquoi on me rappelle, alors que je note le numéro de téléphone pour commander, que cette magnifique radio à quatre CDs est sans risque.

Moi, je ne comprends pas alors ça m'inquiète...