Ceci est un jeu de mots.

mardi, juin 30, 2009

Bubble-boy


Depuis quand est-ce que mettre des enfants dans une bulle est une bonne affaire? Aux dernières nouvelles, c'était du matériel pour faire un drame télévisé avec John Travolta. Plus récemment, c'était une question de faire une comédie poche avec aucun acteur connu de qui ont pourrait rire. Ça a aussi été utilisé pour rire d'une méga-blonde-à-l'accent-russe-de-toute-évidence-complètement-tarée qui voulait pas laver son enfant jusqu'à ce qu'elle découvre je-ne-sais quelles petites serviettes humides contenues dans un emballage qui, soit-dit-en-passant, ne peut pas une minute passer le test du bon sens écolo. Mais jamais, non jamais! Est-ce que ça été décrit comme «une meilleure façon de prendre soin de votre famille»!

Je m'inquiète toujours autant de y'oussé qu'on s'en va si c'est des images comme ça qui font vendre des machines à laver.

1 down, 49 to go

Elle est partie vers 2h30 ce matin. Chances sont qu'elle soit assise dans un siège en plastique bleu, entourée de centaines de japonais attendant, comme elle, leur vol en partance de Tokyo.

C'est pas vrai. Mais avouez que c'était une intro du tonnerre! Elle est en fait dans un de quatre sièges bien cordés, si possible celui près de la fenêtre, pour qu'à travers quelques larmes, elle puisse peut-être apercevoir le bleu de l'atlantique. Tokyo sera vrai, bientôt. Il ne restera qu'un peu d'attente, puis six autres heures jusqu'à Bangkok... deux jours dans un hôtel miteux et douze heures dans un autobus plein à craquer, pogné dans le traffic d'un incessant festival, pour finalement arriver à Sisaket.

Quatre jours auront alors passés et donc je m'ennuierai à en mourir encore une semaine ou deux. Puis j'irai m'ennuyer à mort en pédalant vers la Gaspésie, en y campant sur la plage et en repédalant jusqu'à notre nid d'amour, toujours aussi vide et triste. Je n'aurai alors qu'une semaine et des poussières à m'ennuyer à l'école dans un sprint pour abattre trois cours en deux semaines au lieu d'une session avec les deux profs qui ont un peu d'allure.

Reste à espérer que ça soit l'fun pi que j'm'ennuie pas tant que ça. Vous imaginez bien, fidèles lecteurs, que je dramatise: vous avez partiellement, en grande partie, peut-être, virgule, raison.

Mais voilà. Vous avez en vrac les récents développements de ma vie, en dehors des indignations habituelles: j'ai enfreint la règle numéro 1 de la colocation, avec un succès retentissant. Elle part enseigner l'anglais à des p'tits thaïlandais jusqu'en août et je m'embarque dans ma plus folle entreprise non planifiée et totalement déraisonnable en me dirigeant vers la Gaspésie aux rênes (vous savez, ce mot-là a beaucoup d'homophones!) de mon fidèle (en tout cas espérons-le fidèle) peugeot vert. La fidèle Isabelle (elle fidèle, on en est certains) s'est portée volontaire pour la dite folie et reviendra donc sous peu de ses montagnes d'Espagne pour pédaler un peu!

Suffit. J'ai à chiâler contre LG...

Vos gueules

C'est toujours aussi dégoûtant que ça l'a toujours été. Cette manie de faire des Allah-allah devant les artistes seulement au moment de leur mort.

Parlez-en de leur vivant, faites-les jouer ou bien exposez les.

Je trouve ça insultant qu'on attende tout le temps que le monde meure pour en faire les éloges, et qu'on les exagère tellement par rapport à ce qu'on disait et faisait de leur vivant que ces éloges-là, finalement, ont autant de valeur qu'une grosse pile de caca de taureau.

Ça serait tu une minière de m'exploiter ça?

Pensez-vous que, si je pelte un peu de garnotte pour la revendre à mon voisin, je pourrais bénéficier de crédits d'impôts, moi aussi?

samedi, juin 27, 2009

Verglas et schizophrénie

J'écoute une conférence nommée "Comment parler d'avenir aux jeunes...?", qui semble s'adresser beaucoup au corps enseignant du Québec. Un témoignage en particulier me fait l'effet d'un maringouin dans l'oreille:

Dre Suzanne King. Recherche en particulier dans le domaine de la schizophrénie. Parle d'une étude en particulier: le suivi de 150 grossesses au cours de la crise du verglas, et les effets du stress au cours de la grossesse sur l'enfant à venir.

Note: les enfants ont maintenant 11 ans, calibouère - j'me sens vieux des fois.

Or donc le stress. Parlons de stress objectif: nombre de jours sans électricité, sans téléphone, dommages à la maison, etc..

Semble-t-il que le montant de ce stress soit clairement relié à une baisse du Q.I. chez l'enfant, et relié aussi à des symptômes d'autisme.

Là je vous vois vous agiter sur vos sièges, la question vous brûle les lèvres: «Mais Ben, c'est intéressant tout ça, qu'est-ce qui t'écoeure?». Bon, accessoirement, le fait qu'elle ne parle pas du tout de schizophrénie, celui que ça n'a rien à voir avec le thème de la conférence et tout ce tralala là y est pour quelque chose, mais c'est la conclusion qui me dérange:

Dre King conclut, spécialiste sur la schizophrénie et étudiant l'effet du stress sur le foetus, qu'elle observe une capacité étonnante chez les jeunes pour la spiritualité. Que le nombre de jeunes dans les églises est surprenant et encourageant. Que plusieurs dogmes religieux, pratiqués correctement, encouragent le respect de soi-même, des autres et de la terre aussi. Elle conclut qu'elle a espoir pour une plus grande spiritualité dans notre société pour un futur meilleur, mais aussi pour assurer l'existence d'un futur.

Est-ce que j'ai besoin de commenter ou bien est-ce assez clair? Et notez bien: je n'utilise par de guillemets parce que j'ai pas de source écrite, mais j'essaie de paraphraser au minimum et d'utiliser à peu près le même langage qu'elle...

vendredi, juin 19, 2009

Du même auteur

Souveraineté: tous derrière le Plan Marois
Qui est chef au PQ? demande Charest

Deux articles de Michel Corbeil (le soleil[remarquez, il a au moins mis son nom derrière ses articles]) me sautent au visage disant d'un côté «plus un son discordant sortant des rangs de partisans» et de l'autre «Jean Charest a soutenu que, dans les rangs du PQ, «c'est la pagaille»».

L'un dans l'autre, j'accuserai personne mais y'a quelqu'un qui dit de la bullshit, c'est clair...

Par ailleurs, j'aimerais taper sur les doigts de monsieur le frisé pendant que je l'ai sous la main:

«Ils ne s'entendent pas entre eux sur la façon de gérer le déficit», a-t-il laissé tomber. «Qui mène au PQ?» a-t-il ajouté


Crétin. Toi, tu choisis tes députés en fonction qu'ils soient assez mous pour garantir qu'il auront jamais l'audace de pas être d'accords pi de discuter? J'comprends que dans ta tête, les députés ça puisse juste servir à bypasser l'achalant système de démocratie qui t'empêche de régner; mais à l'origine ça sert à pas être d'accord, à discuter, apporter des points de vues différents pi empêcher que tout le pouvoir se retrouve dans les mains d'un seul imbécile. Comme dit le vieux dicton, cent vingt-cinq crétins valent mieux qu'un seul... Quelque chose comme ça en tout cas!

jeudi, juin 18, 2009

Rage et amertume

Il m'est arrivé quelque chose aujourd'hui. Il m'est arrivé autre chose aussi, mais c'est une autre histoire!

Je suis allé à la caisse. La madame de la caisse de Hull m'a demandé de lui faire parvenir des documents par courrier interne. Il pleut des clous, je suis trempé. Les documents sont sains et saufs dans la poche intérieure de mon manteau qui commence déjà à ne plus faire sa job.

«As-tu le numéro de transit?
- Non, mais c'est la caisse St-Raymond de Hull, ou Gatineau comme tu veux.
- Ah bin il me faut le numéro de transit, c'est ta responsabilité ça!
- As-tu internet ici? J'vais te trouver ça en une seconde et quart... Il me faudrait une photocopie de celui-ci aussi.
- Et bien il va falloir que j'te charge pour ça.
- Combien?
- Ça va faire deux dollars.
- Quoi!? C'est donc bin ridicule ça, ça a aucun osti de bon sens!
- Ah je sais mais j'ai pas l'choix, il faut que j'te charge deux dollars
- Bin ouin mais j'ai pas mon porte-feuilles, juste mes clés, il mouille à sio pi j'suis en vélo, j'voulais pas toute mouiller mes affaires.
- Bin j'm'excuse mais j'ai pas l'choix, il faut que j'te charge les deux dollars.»


Osti de grosse conne. C'est bin déjà assez désagréable de venir à pluie pour envoyer ça à l'interne pi me faire achaler avec ton criss de transit d'imbécile incapable d'utiliser google ou le site de ton entreprise, vient pas m'dire qu'y a quelqu'un qui va te tapper sur les doigts si tu fais preuve d'un peu de jugeotte pour par renvoyer un gars chez lui à la pluie, puis encore un aller-retour pour payer un prix complètement ridicule pour une photocopie d'un document dont vous avez besoin. Mais non, n'espérez pas de fonction cérébrale de cette cinquantenaire acerbe.

Alors je me sens inspiré. Je reviens chez moi ayant formenté un statement créatif et efficace. Je m'assied à mon bureau et compte les cennes. Deux cent.

Je suis gentil, je les mets dans un sac à sandwich.

Si vous voulez compter vos cennes, comptez-les, allez-y! Le message est clair.

Barre le vélo, entre et regarde à l'accueil: une jolie jeune dame dans la vingtaine, cheveux rouges. Elle en finit avec les deux clients avant moi...

«Salut, j'ai besoin d'envoyer ces documents-là, numéro de transit 90032, et j'aurais besoin d'une copie de celui-ci.
- Pas d'problème, une seconde j'vais photocopier ça.»

Rire jaune, osti. Je sais pas si j'suis soulagé ou pas. Oui, elle rachète un peu sa collègue en étant infiniment plus sympathique et serviable; elle l'enterre aussi en soulignant l'évidence de la non-obligation de faire payer la copie...

«Pas besoin de me la charger, je viens de refaire le chemin à pluie parce que ta collègue qui était là y'a quinze minutes a pas voulu me la faire, j'lui avais rapporté ses deux piaces (en sortant le sac).
- Ah bin ouais, deux dollars? J'suppose que j'devrais te le charger, merci.»

C'est vraiment pas le scénario que j'avais en tête...

lundi, juin 15, 2009

Lettre à cyberpresse

Bonjour,

j'écris à propos de quelques articles qui m'ont frappé pour leur caractère offensant envers les «souverainistes»:

Martin Croteau
http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/national/200906/15/01-875622-des-debats-passionnes.php
http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/national/200906/14/01-875501-lautre-st-jean-des-appuis-et-des-critiques.php
Martin Ouellet
http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/politique-quebecoise/200906/15/01-875808-fete-nationale-st-pierre-fustige-les-souverainistes-radicaux.php


Il est tout à fait inexact de parler de «souverainistes radicaux», ou simplement «souverainistes» ou bien encore «organisations souverainistes» en parlant de gens qui veulent exclure l'anglais du spectacle. Malgré la corrélation évidente entre les défenseurs de la culture francophone et les souverainistes, étiqueter des groupes en tant que souverainistes en parlant d'un conflit au niveau de la langue est non seulement inexact (les gens qui ne veulent pas d'anlgais à la fête nationale ne veulent pas nécessairement se séparer du Canada), mais transmet aussi une opinion négative sur le souverainisme de façon plutôt insidieuse, l'associant à des événements qui n'y ont pas trait - d'où le titre de mon billet).

Si tous ces articles avaient été sous la section opinions, je les aurait certainement ignorés en les classant parmis les imbéciles qui ont la chance d'avoir une trop grande portée, mais ils sont classés dans actualités. Cela affecte beaucoup à mon avis la crédibilité de votre organisation et ça me désole...

Cordialement,
Benoit Dufresne

dimanche, juin 14, 2009

Wow. Simplement wow. (je suis quelqu'un)

Je switch à cuil.

Fini google.

Il a prouvé sa puissance en sachant reconnaître qui est Benoit Dufresne. Le vrai.

Si vous allez sur cuil.com, et que vous cherchez pour Benoit Dufresne, vous aurez, comme premier résultat, un peu séparé de tous les autres en dessous, un site que j'avais oublié, mis en ligne il y a 6 ans avec des dessins - une excuse pour voir si j'me souvenais comment faire du html.

À noter aussi: une recherche pour Obiben vous amènera en première page à un commentaire que j'ai fait il y a deux mois sur un autre blogue.

Culture et insanités

Bon, j'ai essayé, vraiment, encore.

Le Coran.

J'avais commencé à le lire, jadis, question de culture et de savoir de quoi je parle quand il est question de religion. C'est impitoyable ce livre-là! J'pense que si j'avais le courage de le lire d'un bout à l'autre, je deviendrais peut-être un naïf petit musulman...

En gros ça va comme ça:

Si tu ne crois pas, tu est un insensé.
Ne t'en fais pas, Dieu se fout des incrédules,
il leur réserve le Feu.
Il n'y a que des insensés
Pour se détourner des Signes et du Livre
Ceux qui ne se tournent pas vers la Mosquée de Dieu
Dieu leur réserve le Feu

And so on, and so forth. C'en est débilisant - un vrai lavage de cerveau. Tout le discours là-dedans repose sur quelques prémisses:

- Il faut reconnaître un prophète quand on en voit un
- Il ne faut pas prêter la moindre attention aux imposteurs
- Si on doute d'un prophète ou que l'on écoute un imposteur, c'est l'enfer
(Ce bloc là, il donne le pouvoir au clergé. Le petit peuple est tellement terrifié de pas savoir qui écouter qu'il suit alors comme un petit mouton tremblant son prêtre préféré.)
- Dieu se moque des incrédules
- Seuls les insensés sont incrédules
- Les gens qui croient sont les meilleurs
- Les juifs et les chrétiens sont corrects aussi
- Tous ceux qui ne suivent pas la religion d'Abraham sont vraiment cons (incluant les juifs et les chrétiens, tiens)
- Si tu oses douter un instant de tout ça, tu t'en vas en enfer

Orwell a rien inventé mes amis. Établir un set de règles qui empêchent qui que ce soit de critiquer, douter, ou soumettre simplement à un examen le dit set de règles existe depuis longtemps.

L'affaire c'est que j'comprends encore moins comment tant de gens moulent leur vie à des principes qui viennent de là. Il me semble que c'est pas un gros exercice de voir que ça fait aucun sens pi que ça été écrit par un gars qui voulait contrôler un peuple y'a mille cinq cent ans. Smart ou schizophrène et très chanceux, je sais pas...

Je trouve que juste de le lire, c'est affreusement pénible; pourtant 1.5 milliards de gens en font la base de leur mode de vie!? C'est absurde - est-ce qu'ils ont pris la peine de le lire?

C'est dur d'exprimer toute l'ampleur de ce qui marche pas là-dedans. En même temps, c'est difficile de savoir quoi dire pour expliquer comment c'est pas vrai. Ce serait comme... expliquer à un enfant qui croit dur comme fer que le ciel est brun, ou que les nuages sont des boules de coton sur lesquels des palais volant flottent, et qu'il pleut quand ils flushent la toilette. C'est juste pas comme ça que c'est, y'en a pas d'argument à faire.


Edit: remarquez, je parle d'un livre transmettant la parole de Dieu, et il m'est même pas passé une seconde par la tête d'étiqueter le post "Création divine"...

samedi, juin 13, 2009

Pôvres nanimaux

Pour seulement dix-huit dollars par mois, vous pourriez recevoir gratuitement une jolie photo et un magazine plein de couleurs.

jeudi, juin 11, 2009

Bedang

Première collision de la saison.

Une blondasse qui pense pas que la droite est une direction pertinente à regarder lorsqu'on s'engage dans une rue. Elle a continué d'accélérer au moins une ou deux secondes après le premier contact, juste pour dire à quel point elle savait pas ce qu'il y avait devant elle...

Ma roue est toute croche: deux rayons de pétés. Ça s'est passé sur le Boulevard des Laurentides et j'étais encore à environ 5 kilomètres de ma destination; 34 d'être revenu chez nous.

La bonne nouvelle c'est que j'ai un sac cheap à vélo, la mauvaise c'est que l'argent sauvé va aller dans la roue.

J'ai mal au cou.

samedi, juin 06, 2009

La guerre

Ouais, la guerre. J'en ai gagné une récemment.

C'était les corneilles. Les saloperies de corneilles qui me l'avaient déclaré, deux matins de file en se postant dans l'escalier à côté de ma fenêtre à 7 heures du matin.

J'ai commencé par leur croasser impulsivement après, périodiquement, quand les nerfs craquaient. Bientôt, j'ai cru comprendre que ça leur plaisait et je me suis contrôlé, cherchant une réponse plus appropriée qui ne consiste pas à leur pitcher des roches.

Je me suis souvenu, marmot, à l'époque où mes grands-parents étaient en campagne, avoir vu des geais bleus faire la peau à une corneille et ça m'a donné l'idée gagnante. La fenêtre grande ouverte, je suis allé fouiller youtube et j'y ai déniché ce qu'il me fallait.

Ne restait plus qu'à attendre le retour de ces enculées: ça n'a pas tardé - j'ai mis les sons de geais bleus dans le tapis, ça devait sonner comme des titans aux oreilles de ces oiseaux de malheur, et ils sont partis.

Quinze minutes plus tard, elles étaient de retour, au moins une quinzaine, la gang au complet, à croasser leur supériorité. Je leur ai re-youtubé ça din dents et puis c'est fini. Je les entends encore, dans les environs, mais plus jamais en arrière de chez nous.

vendredi, juin 05, 2009

Gimauves et opinions

Ha!

Avant que vous perdiez votre temps à le lire au complet, laissez-moi juste noter que le billet est très vide de contenu, mais tire toute sa valeur de son intro:

On pourrait dire de certains politiciens qu'ils sont des Whippets: durs à l'extérieur, mais tendres à l'intérieur. Ceux-là ne sont pas aussi résistants qu'ils en ont l'air.

D'autres, comme le maire actuel de Montréal, appartiennent plutôt à la famille des guimauves: mou dehors, mou dedans.


J'adore.

Des nouvelles de moi

Je suis toujours à l'école, et de moins en moins motivé. Je me disais «ah, ça va devenir plus compliqué éventuellement à mesure que le temps passe», mais non. C'est toujours dull et adapté aux imbéciles qui profitent des instructions du gouvernement: on a besoin d'un plus grand nombre de diplômés, no matter what.

Je me suis inscrit chez couchsurfing, en vue d'un été de folle exploration du Québec. Je sais pas si ça va me servir - on verra.

J'ai fait un gâteau au fromage, framboises et lychees. Avec une croute au chocolat style oréo. C'est tellement, tellement, tellement bon - il a la texture juste à mi-chemin entre la mousse et le gâteau au fromage.

J'ai organisé une collecte dans mon groupe. Y'a une prof qui se fend le derrière en huit pour en remplacer une autre en burn-out. Et là, j'suis un tantinet nerveux: si j'avais ramassé 40 piaces, ç'aurait été bien simple d'aller trouver une belle bouteille de vin, mais avec 115, on fait quoi? Deux bonnes bouteilles? Un veuve cliquot bien épanoui? J'sais pas trop!
Seulement deux qui ont refusé de participer...
L'un est l'homme avec une face de mépris permanente dont j'ai surement déjà parlé. Il ne contribue pas par musulmanisme, et ça m'étonne. J'comprend qu'un musulman puisse entrer dans un resto à l'heure de fermeture et pas se rendre compte que de lui faire une sauce à moules custom sans vin ni épices est une plaie; c'est relativement justifié, mais contribuer à l'achat d'une bouteille pour quelqu'un d'autre - est-ce que c'est proscrit de près ou de loin?

Pourtant:

Quant aux incrédules:
il est vraiment indifférent pour eux
que tu les avertisses
ou que tu ne les avertisses pas;
ils ne croient pas.

signé: Mu, pour les intimes.


(Habituellement je me garde de backer ouvertement mes opinions controversées et insultantes: ça va contre la prétention de donner mes premières impressions sur un sujet et ça empêche les gens de venir me crier dessus que j'suis qu'un inculte fermé et ignare; mais cette fois c'est pertinent.)

C'est pas quelqu'un qui dit à son monde qu'ils sont pas tenus de prêcher chez les infidèles ça? D'ailleurs c'est pas quelqu'un en train de dire que les infidèles valent pas la peine qu'on aille jusqu'à se faire sauter dans un centre d'achat? Peut-être que ça irait mieux dans le monde si plus de musulmans s'étaient rendus jusqu'à la page 2 (oui, deux, c'est pas des farces, et il continue pendant au moins une page à dire comment il se câlisse, et que dieu se câlisse des incrédules). M'enfin.

L'autre, je pense qu'elle l'aime simplement pas. Elle a pas donné de raison et j'en ai pas demandé.

lundi, juin 01, 2009

Sci-fi et des frissons

Dudes et dudettes, nous sommes en plein futur. J'ai eu comme un frisson ce matin en voyant un tout nouveau site internet. J'suis prêt à voir un criminel et un policier se faire décryogéniser puis se faire la guerre dans un monde de paix et de Taco Bell.

Ça vous rappelle pas Demolition Man? Dites-moi que ça vous fait lever le poil de voir ce gros P2Y en haut à gauche!

Le pire c'est que... c'est le plus beau site que j'ai vu depuis un maudit bon boute. Qu'est-ce que ça vous dit? Ça vous dit que si ils ont des experts en design de site web, ils ont peut-être aussi des experts en d'autres choses. Regardez bien leur empire monter, et pensez à moi lorsque viendra le moment de la résistance..!