Ceci est un jeu de mots.

lundi, mars 22, 2010

Non... mon identité!

Ça fait un petit bout de temps, mais ça, ça vaut la peine.

Une entreprise qui s'appelle LifeLock. Elle vous protège, mesdames et messieurs, contre le vol d'identité. Ce que j'en comprends, c'est qu'ils te font une enquête de crédit constante pour voir si il y aurait pas un nouveau numéro de carte qui apparaîtrait.

Veux-tu bin me dire pourquoi on parle de vol d'identité? J'avais cru comprendre à l'origine que ma carte de crédit était un concept bien distinct de celui d'identité.

Pour clarifier, je me promène sur le net depuis quelques minutes et je réalise qu'identité s'apparente à identique, être pareil, la même chose qu'une autre chose, alors qu'en général, on attribue à identité une sorte d'unicité. «Mon identité, moi, en tant que personne unique».

Le fait qu'ils vérifient pour d'autres numéros justifie très moyennement leurs réclamations. Étant donné que c'est pas quelque chose que M/Mme tout le monde fait le soir dans son salon, ils offrent peut-être un service plus valable que celui que je croyais être donné à la première ligne du post.

Par contre, la déclaration de donner dans la prévention, ce qui s'apparente au mot prévenir, mots commençants tous deux par «pré», est plutôt prétentieuse, mot qui commence aussi par «pré». Pré, avant, et tendere, étirer en latin, on étirerait la réalité au premier abord, avant que l'interlocuteur ait connaissance de tous les faits.

J'aimerais bien.

Non en fait on parlera plus de intendere, qu'on utilise plus souvent dans «entendre» voulant alors dire écouter, mais pouvant aussi vouloir dire «intention» ou «signification».

Mais je m'écarte!

Comment prévenir si le concept se résume à avertir lorsque le fait survient? Remarquez que le français est de mon côté, opposant clairement les deux mots.

Et puis sachez que mon intention était de rapidement dire que tout ça c'était une connerie, pas de passer tout mon matin à donner un cours de latin!