Ceci est un jeu de mots.

dimanche, mai 13, 2012

Tout ça, c'est de la fumée aux yeux.

Bon... ça fait un bout de temps que j'ai étalé aucun cynisme ici.
Mais l'histoire de la fumée dans le métro, là là, ça suffit. Il y a par contre trop d'angles pour que ça fit dans un statut facebook, alors me r'vlà sur un blogue...

Alors commençons par le commencement: la motivation. C'est quoi, le but de pitcher une bombe fumigène, toute inoffensive qu'elle soit, sur la track de métro? Est-ce vraiment une activité de sensibilisation à la cause étudiante? Est-ce un acte organisé ou une initiative individuelle?

Pour comprendre une motivation, observer le résultat: du monde en criss. À moins que l'élite des sans desseins aie eu l'impression que la réaction serait une compréhension populaire plus grande de la situation étudiante, le but était donc de faire chier le peuple. Ma conclusion: soit un individu engagé et sans dessein, soit quelqu'un qui veut monter du monde contre la cause étudiante, soit un simple sans dessein sans affiliation.

Ensuite, la discussion qui s'ensuit. Premièrement, le lendemain de c't'histoire là, étant donné que ça m'avait pris 3 heures me rendre à job le jour d'avant, j'avais pu de livre à lire. J'me suis donc ramassé une bonne vieille salade (un 24h), question de lire quelques inepties sur le monde (et possiblement faire un sudoku, raison principale d'exister du métro et 24h). Quelle déception ce fut quand j'me suis rendu compte que la moitié de cette merde était dédiée à cette saleté d'interruption de transports! Une page de réactions twitter, vraiment?

On continue avec la réplique: un flot ininterrompu de merdes sur facebook qui démontrent que, étant donné qu'à Londres y a sept ans du monde est mort dans un attentat dans le métro, il y a rien de grave icitte.

Y'a eu pire ailleurs, donc pas de raison de chiâler bande de cons gâtés! Espèce de Montréalais bien encoconnés, on s'en câlisse-tu que vous arriviez 3 heures en retard à job? Auriez-vous aimé mieux mourir? Tant qu'à ça j'irai faire un hold-up dans un dépanneur demain pi rendu en cour, je citerai Vincent Lacroix: voyez, Monsieur le Juge? J'ai rien fait de mal!

Des réactions outrées et des parodies de journaux parlant du terrorisme et des gens terrifiés... On peut pas dire à la fois que les journaux font une tempête dans un verre d'eau, puis utiliser la couverture médiatique des réactions pour faire la morale à ces flancs mous de Québécois qui sont toute une bande de crétins.

Ensuite je reviens au premier point: la motivation. J'en avais conclu que soit un crétin avait fait une crétinerie, soit quelqu'un avait voulu monter le Québec contre les étudiants. Pourquoi alors est-ce que je ne vois que des militants actifs de la cause étudiante propager ces illustrations de comment c'était pas grave et, généralement, défendre les coupables? Y'a tu vraiment quelqu'un dans le monde avec une once de cerveau qui trouve que c'était une action efficace qui amène les étudiants plus proche de leurs but?

J'imagine que le message que j'essaie de passer, c'est que même si on trouvait qu'en fin de compte cette bombe fumigène là n'avait rien à voir avec la hausse, la réaction des militants à la réaction des médias leur donne un bel air d'imbéciles enragés à qui on devrait pas porter attention. Faudrait pas faire ça trop souvent...